Contenu

Recherche par mot-clé: Écologie - Aspect politique

12 résultats.

Durée:8h. 31min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74849
Résumé: Comment pouvons-nous résoudre la question climatique ? Peuton se fier à la technique ? Ou faut-il changer de style de vie ? Et quels sont les besoins énergétiques de la Suisse ? Dans quels domaines devons-nous investir ? Dans cet ouvrage, Roger Nordmann effectue un vaste tour d’horizon des enjeux. Il propose ensuite une stratégie globale, opérationnelle, qui permet à la fois de libérer l’industrie des énergies fossiles et de disposer en hiver de suffisamment d’électricité sans émettre de gaz à effet de serre. Le financement de la transformation et son impact social sont abordés de manière approfondie. L’auteur met ainsi en évidence le besoin de justice et les limites du principe du pollueur-payeur. Dans cet esprit, il présente le projet de Fonds pour le climat, destiné à soutenir l’investissement. Dans ce débat vital, le risque est de voir nos sociétés paralysées par l’opposition stérile entre les révoltés prédisant l’apocalypse et les résignés renonçant à l’action. Cet ouvrage montre de manière claire et documentée qu’il existe un chemin rationnel, équitable et pragmatique, pour sortir ensemble de l’impasse climatique.
Durée:58min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75842
Résumé: Un plaidoyer pour la justice climatique, proposant des solutions politiques pour renouveler la vie démocratique. L'auteur recommande notamment une participation accrue des citoyens, tant au niveau national qu'international, pour sauver le climat et changer le système en place.
Durée:1h. 31min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74386
Résumé: Comment agir pour éviter ce drame planétaire qui nous pend au nez? Le dérèglement de la plus vaste des machines, celle qui gère notre climat, rien moins, excusez du peu, que la température de notre air, le régime de nos précipitations, le volume de notre océan (pour résumer). Face à ce défi, qui est tout simplement, celui de la survie de notre espèce, deux options extrêmes. La première consiste à s’en remettre, quasi aveuglément, au progrès scientifique et technique, oubliant que sans conscience, cette avancée folle peut mener à la ruine. La seconde considère, non sans une certaine délectation morbide, qu’il est trop tard, que tout est perdu.
Durée:5h. 14min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75160
Résumé: Cet essai entend démontrer que démocratie et écologie ne sont pas contradictoires mais au contraire que l'une implique l'autre. L'auteure entend remettre le citoyen au centre du débat pou qu'il prenne des initiatives, s'engage dans des actions concrètes et participe à la création de ses propres conditions d'existence.
Lu par:Hervé Detrey
Durée:12h. 59min.
Genre littéraire:Science-fiction
Numéro du livre:73692
Résumé: Persuadé de l’imminence de l’effondrement et de l’urgence à agir face à la catastrophe climatique, Pierre Savidan, un gourou écologiste arrivé presque par accident à l’Élysée, met en place des mesures drastiques : covoiturage obligatoire, scoring écologique incluant le nombre des naissances et les modes de consommation... Bientôt ouvrent des centres de rééducation idéologique qui accueillent les réfractaires, de plus en plus nombreux. Car, dans la société, les colères montent et se multiplient. Olivier Fleurance, patron d’un grand groupe agroalimentaire, fédère les oppositions et mène la rébellion au milieu du chaos naissant. Savidan avait-il bien conscience que ses convictions l’amèneraient à affronter ce dilemme philosophique : pour sauver l’humanité, faut-il en sacrifier la moitié ?
Durée:4h. 25min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66325
Résumé: Expert en énergie, en finances et en politique des transports, Daniel Brélaz est relativement polyvalent dans diverses sphères techniques et de société. Dans cet ouvrage, il commence par exposer sa vie d'homme politique et une partie de ses nombreuses réalisations afin de montrer qu'il a les compétences pour appréhender les futurs plausibles et en expliquer les enjeux. Il parcourt ensuite les changements techniques et sociétaux qui devraient résulter de la vague d'innova¬tions que nous connaissons dans de nombreux domaines et les avantages, mais aussi les risques, qu'ils vont créer. Les domaines évoqués sont l'énergie, les transports, l'habitat, l'alimentation, l'éducation, la santé et la longévité, l'économie et les finances, l'économie circu¬laire, l'emploi et le chômage, la sécurité civile et militaire, l'informatique et la robotique, la culture et l'information, les libertés humaines et enfin les probléma-tiques de croissance et de décroissance. Il illustre les changements dans quelques nouvelles d'une à deux pages décri¬vant des futurs possibles, de qualité très variable, dans cinquante ans. Il démontre ainsi l'importance extrême des choix qui seront faits et donc de la vigilance démocratique. Enfin, il utilise ce qui précède pour des conclusions et la confection d'un plan réaliste, étayé et ambitieux pour sortir de l'âge du carbone et du dérèglement climatique d'ici 2050 au plus tard.
Durée:34min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:65483
Résumé: " Nous devons changer à peu près tout dans nos sociétés. Plus grande est votre empreinte carbone, plus grand est votre devoir moral. Plus grande est votre audience, plus grande est votre responsabilité. Les adultes continuent de dire : C'est notre devoir de donner de l'espoir aux jeunes. Mais je ne veux pas de votre espoir. Je ne veux pas que vous soyez pleins d'espoir. Je veux que vous paniquiez. Je veux que chaque jour vous ayez peur comme moi. Et puis je veux que vous agissiez. Je veux que vous agissiez comme si vous étiez en crise. Je veux que vous agissiez comme si notre maison était en feu. Parce qu'elle l'est ".
Lu par:Serge Cantero
Durée:13h. 46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:34394
Résumé: Cette première biographie d'André Gorz (1923-2007) retrace le parcours de l'un des penseurs les plus clairvoyants et innovants de la critique du capitalisme contemporain. Marqué par les pensées de Marx, Husserl, Sartre et Illich, Gorz pose la question fondamentale du sens de la vie et du travail. Né Gerhart Hirsch à Vienne, ce « métis inauthentique » étudie en Suisse, avant d'opter pour la France. Penseur existentialiste, autodidacte, il révise constamment ses façons de voir, sans craindre d'explorer de nouveaux territoires théoriques. Anticapitaliste, marxiste d'un type nouveau, il est très proche de l'extrême gauche italienne et incarne l'esprit de 68. Il est aussi l'un des premiers artisans de l'écologie politique et de la décroissance. Une pensée en mouvement, au service de l'autonomie, du temps libéré, de l'activité créatrice et du bien-vivre. L'intellectuel André Gorz, rédacteur aux Temps modernes, se double du journaliste qui signe ses articles Michel Bosquet dans L'Express avant de participer à la fondation du Nouvel Observateur. Cette biographie d'une figure singulière, à la croisée de la littérature, de la philosophie et du journalisme, est aussi l'occasion de revisiter un demi-siècle de vie intellectuelle et politique, un voyage au cours duquel on croise Sartre et Beauvoir, mais aussi Marcuse, Castro, Cohn-Bendit, Illich, Guattari, Negri et bien d'autres. Au-delà de ses poignants récits autobiographiques - Le Traître (1958) et Lettre à D. (2006) -, qui témoignent de sa profonde humanité, André Gorz offre une boussole précieuse à tous ceux qui croient qu'un autre monde reste possible.
Durée:4h. 11min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:33646
Résumé: Figure du sage appelant à l' « insurrection des consciences » et au refus de toute aliénation consumériste, Pierre Rabhi est aujourd'hui le chantre de la sobriété librement consentie. Servis par un indéniable sens de la formule, ses appels à la modération et au respect de la terre emportent une adhésion considérable.Devenu un porte-parole de l'agroécologie pensée comme une éthique de vie mais aussi un philosophe du changement de paradigme, il ne s'était cependant jusqu'alors jamais exprimé sur nombre de sujets touchant autant à sa biographie et à son expérience qu'à son regard sur le monde et l'histoire. Nostalgie, peur et amour, violence, hospitalité et migration, libéralisme, démocratie et politique, Sahara, Europe et Israël, Krishnamurti, Albert Einstein et René Dumont, Shoah, guerre de 1914 et « Marseillaise », OGM et privatisation du vivant figurent parmi les thèmes abordés « en toute liberté ».Cet abécédaire intime vient à point pour éclairer les racines de sa propre « insurrection » et de son intime conviction : en nous changeant nous-mêmes, nous pouvons changer le monde.
Durée:6h. 2min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31224
Résumé: Parce qu'un castor avec qui il s'était lié d'amitié est tué par des trappeurs, le jeune Paul Watson âgé de onze ans écume les alentours de son village du Nouveau-Brunswick pour trouver et détruire les pièges. C'est le point de départ de quarante ans d'activisme pour celui que le Time Magazine désignera en 2000 comme l'un des vingt plus grands héros écologistes du XXe siècle. En 1969, à tout juste dix-huit ans, Watson devient le plus jeune cofondateur de Greenpeace. C'est aussi le premier homme à s'interposer entre une baleine et un harpon. En 1977, il quitte Greenpeace pour fonder Sea Shepherd Conservation Society (berger de la mer) qui devient dès lors l'organisation de défense des océans la plus combattive au monde : une dizaine de baleiniers illégaux coulés à quai, plusieurs navires éperonnés en mer, des centaines de longues lignes et de filets dérivants confisqués, plus de deux cent cinquante expéditions dans toutes les mers du monde... et des centaines de milliers d'animaux marins sauvés. Jamais aucun blessé, jamais aucune inculpation retenue mais pour ses opposants, Watson n'en est pas moins un "pirate", un "écoterroriste" y compris pour ceux qui dirigent le Greenpeace d'aujourd'hui. Pour ceux qui, en revanche, pensent que "les pétitions et les banderoles ne suffiront pas à sauver les océans", il est un véritable héros. A tous ses détracteurs Paul Watson ne répond qu'une chose : "Trouvez-nous une baleine qui désapprouve nos actions et on vous promet de raccrocher !"
Durée:6h. 43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18385
Résumé: En apparence, il n'y aurait rien a dire contre tous les discours qui prétendent sauver la Terre, en réduisant nos dépenses d'énergie, en consommant moins, en gaspillant moins, mais si l'on creuse sous la façade de la décroissance souriante, que trouve-t-on ? Rien d'autre que la haine de l'homme ! Ici, ce sont des vers qu'on a élevés en cave, là c'est le retour de l'homme sauvage, laissant la plus petite empreinte écologique sur la planète qui souffre. Le meilleur moyen de ne pas polluer ne serait-il pas plutôt de cesser d'exister ? Et si l'écologie visait à notre disparition plutôt qu'à notre bien-être ? Et si la souillure c'était l'homme, moderne consommateur comme le citoyen des pays émergents, qu'il faudrait éradiquer de la surface d'une Terre prise comme sujet de droit ? Sommes-nous gouvernés par nos peurs ? L'Ecologie est devenue une idéologie globale, avec ses prêtres, ses temples et son vocabulaire digne d'un nouveau catéchisme catastrophiste. « L'homme est le cancer de la Terre » dit l'un de ces pieux servants de la décroissance. Au moment où la science, du Mediator au nucléaire, du catastrophisme ambiant aux éoliennes soupçonnées de rendre migraineux, du soja tueur au réchauffement climatique, est entrée définitivement dans l'ère du soupçon, l'essai de Pascal Bruckner tombe à point. S'émanciper du progrès, se laisser griser par les spécialistes du vague, croire se soustraire au risque, ce sont les tentations d'une écologie régressive, totalitaire, devenue aujourd'hui majoritaire.
Durée:2h. 59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18205
Résumé: Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant. Une amitié durable, c'est une amitié où l'on ne met pas en danger l'avenir de la planète, même en paroles. On évite d'aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l'opportunité marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu.