Contenu

Nane Cailler, galeriste: le 12 janvier 2006 à Pully

Résumé
Fille de l'éditeur d'art Pierre Cailler, Nane a baigné, depuis l'enfance, dans un milieu d'artistes et de célébrités. A 19 ans, elle est à Londres. Là, à son rythme, avec sa propre sensibilité, elle rencontre l'art sous toutes ses formes. Son père la rappelle, il a un projet pour elle: une galerie associée à la librairie de livres anciens et de Beaux-Arts de Maurice Bridel. En 1958, elle prend son envol et ouvre sa propre galerie «La Gravure» à Pully: une exposition des dessins de Jean Cocteau l'inaugure. Trente ans plus tard, la galerie prend son nom: Nane Cailler. Tout en privilégiant l'estampe, elle adjoint à sa spécialisation des oeuvres sur papier. C'est Francine Simonin qui ouvre les feux. Nane Cailler ne doute pas de ses artistes et les défend bec et ongles, même si la reconnaissance est longue à venir. Portrait d'une femme de passion qui nous séduit par son authenticité et sa rigueur..
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 47min.
Édition: Lausanne, Association Plans-fixes, 2006
Numéro du livre: 15909
Produit par: Plans Fixes
Collection(s): Plans-fixes
CDU: 700

Documents similaires

Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:16691
Résumé: Né en 1939 à Montreux, Bernard Blatter enfant est fasciné par les jeux de lumière entre lac et montagne. Il grandit dans une famille amoureuse des arts et c'est tout naturellement qu'il suit l'Ecole Cantonale des Beaux-Arts de Lausanne. Après quelques années de perfectionnement à l'étranger, il s'installe comme architecte d'intérieur dans sa ville natale. Déjà passeur, il organise des expositions dont « Les peintres du silence » au Musée Jenisch, bâtiment alors fort poussiéreux. En 1982, les autorités de la ville de Vevey lui proposent de reprendre ce Musée qui, sous sa direction, retrouve sa vocation première de musée des Beaux-Arts auquel est adjoint, en 1985, le Cabinet cantonal des Estampes. Bernard Blatter poursuit un chemin de vie avec les artistes qu'il invite au Musée et développe l'effacement de soi pour devenir l'écoutant de l'artiste. Dans cette perspective, il évoque avec émotion sa relation à Zoran Music.
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15676
Résumé: Depuis cinq siècles, la famille Bory est bourgeoise de Coppet. M. Jean-René Bory nous y reçoit dans son bureau dont chaque objet est chargé d'histoire. Un oncle lui donna le goût des collections, un événement lui offrit l'opportunité de monter une première exposition, dès lors une immense carrière s'ouvre devant lui. Il se passionne pour l'histoire des Suisses de l'étranger, thème sur lequel il organise de prestigieuses expositions...
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19549
Résumé: Elle pratique une médecine générale fondée sur une relation très affective au malade, une médecine intuitive et en large part irrationnelle, selon ses propres termes. Cette ouverture à un autre monde que celui des évidences cartésiennes la prédispose à nouer des liens étroits avec Aloïse, l'artiste schizophrène à laquelle elle consacre trois textes majeurs : sa thèse de médecine d'abord, puis un fascicule de la revue de l'Art Brut, enfin un livre, « Aloïse ou le théâtre de l'univers ».
Lu par:Jacques Pache
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19537
Résumé: L'enfance à la campagne, la liberté, faire des feux avec les copains, le bonheur. Puis c'est la découverte du dessin et de la musique. Il entreprend des études avec Aloïs Fornerod et devient maître de musique à Lausanne. On n'enseigne pas ce que l'on sait, mais ce que l'on est, aime-t-il à dire. Servi par une nature généreuse, il a marqué des générations de jeunes par son sens supérieur de la musique et de la communication, et par sa confiance dans les capacités de ses élèves. Il les a entraînés dans une aventure exceptionnelle dont il nous parle ici avec une chaleur communicative.
Durée:50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19548
Résumé: Ce Lausannois, «citoyen des rives du lac», est aussi un grand Européen, familier des cultures allemande, italienne, espagnole, anglaise. L'Islam a également retenu son intérêt, mais c'est la culture française qui compte. En une dizaine de récits, nouvelles et romans, on entend une voix au timbre particulier, à la fois allègre et grave, de jubilation claire et d'ombre sourde, voix qui résonne aussi dans les écrits sur l'art, la musique et dans les textes critiques. L'artiste crée l'oeuvre, le critique l'explore: c'est la même attention émue au mystère de l'homme, à son secret, à son destin.
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19551
Résumé: Georges Borgeaud s'est formé au collège de Saint-Maurice où il rencontre Maurice Chappaz et Jean Cuttat. Puis ce sont des activités liées au livre, à Fribourg, à Bâle, à Zurich. Enfin c'est Paris dès la fin de la guerre, où il préfère la compagnie des peintres, à ses yeux moins mondains que les écrivains: «Les écrivains causent, les autres peignent.» La plume et l'encre apparaissent bien abstraites à ce sensuel qui aime les matières avec lesquelles travaillent les peintres. Seul salut pour dépasser la banalité de l'encrier: le style.
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19541
Résumé: Née en 1892, Jenny Humbert-Droz vit à La Chaux-de-Fonds. Une vie étroitement mêlée à l'Histoire et à celle de son mari, pasteur, objecteur de conscience, secrétaire de la IIIe Internationale. La vie à Moscou dans les années vingt, puis l'activité clandestine en Suisse. Les espoirs détruits, les espérances nouvelles. Les flux et les reflux de l'Histoire. Un témoignage très actuel sur l'infatigable engagement d'une femme qui, au-delà des antagonismes idéologiques, se passionne pour les grands problèmes de notre époque.
Lu par:Anne Perrier
Durée:46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19556
Résumé: D'une manière simple et intense, Anne Perrier retrace ses années de vie où la poésie l'a toujours habitée. Elle évoque les rencontres décisives : l'Abbé Journet, qui fut jusqu'à sa mort son premier lecteur ; le poète portugais Christovam Pavia, auquel elle dédiera son recueil Lettres perdues ; Jean Hutter, son mari, éditeur successivement à La Baconnière et à Payot Lausanne, grâce à qui elle entre en relation avec de nombreux écrivains. Enfin, elle parle avec chaleur de son amitié avec Doris Jakubec qui a oeuvré à la diffusion de sa poésie en Suisse et à l'étranger. La poésie illumine cet entretien, lors duquel Anne Perrier lit quelques-uns des poèmes de ses nombreux recueils.
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19550
Résumé: Né en 1941 au Locle dans une famille ouvrière, Gérard Forster garde de son enfance des souvenirs heureux. Il entre en apprentissage de conducteur typographe. Il a 19 ans lorsque son père meurt et ses copains, pour l'entourer, l'entraînent aux réunions syndicales. Mais c'est à Montreux, alors qu'il travaille à l'Imprimerie Corbaz, qu'il fera ses premières armes syndicales en tant que responsable des apprentis typo. En 1973, il entre à la FOBB comme permanent à la section de Lausanne. La crise pétrolière, qui frappe durement la construction, lui donnera l'occasion de déployer ses talents de syndicaliste combatif, il ne craindra pas quelques actions spectaculaires pour atteindre ses objectifs. Le combat, il le mènera aussi auprès de siens. En 2002, il écrit « Le double combat » qui témoigne de ses engagements. A la retraite, Gérard Forster a trouvé un nouveau terrain de lutte : Almeria en Andalousie où des immigrés travaillent sous serres et vivent dans des conditions épouvantables.
Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19546
Résumé: Née en Caroline du Nord, elle découvre le «paradis» helvétique comme jeune fille au pair. Elle y trouve chaussure à son pied, se marie et fait sa vie dans ce pays où elle se sent si bien. Femme de pasteur, sa nature combative l'amène à s'engager en faveur du planning familial et de l'éducation sexuelle, ce qui lui a valu quelques sarcasmes qu'elle a vaillamment affrontés, grâce à une disposition d'esprit positive sans doute héritée de son pays d'origine. Aimant enseigner, elle anime des ateliers dont le but est d'aider les participants, essentiellement des femmes, à mieux se comprendre grâce à la pratique de l'écriture. Elle aussi, à la mort de son mari en 1981, s'est appuyée sur l'écriture pour affronter son deuil. Ce Plans-Fixes est un véritable régal de vivacité, de gaieté et d'humour.
Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19552
Résumé: Les livres d'enfants ont fait connaître dans le monde entier ses animaux et ses splendeurs picturales. Ce film Plans-Fixes d'Etienne Delessert retrace sa conquête de la communication visuelle. Une émotion d'adolescent face aux affiches des rues de Lausanne suscite une éruption d'idée, de livres, de journaux. Projets, dessins et savoir-faire le portent à Paris et à New-York. Son apport au renouveau des arts visuels est vite reconnu. Sa collaboration avec des pionniers du graphisme, du théâtre ou de la psychologie, Lubalin, Ionesco ou Piaget autant qu'avec de jeunes créateurs proches, n'empêchent pas les milliers d'heures solitaires, crayon ou pinceau à la main, qui ont fait naître l'art de Delessert, visages et diables, plumages et paysages. Son message personnel nous saisit, incontournable, jailli d'une mise en page ou d'aquarelles intimes, d'un dessin de presse ou d'un conte fantastique.
Durée:47min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19553
Résumé: Fille de militants communistes suisses engagés dans la Résistance, Diane Gilliard est née en 1946 dans la banlieue parisienne. En 1954, séparation: son père Marc Gilliard - fils d'Edmond Gilliard - reste en France, tandis que sa mère revient à Lausanne avec ses enfants. L'environnement populaire, le manque d'argent d'un côté et le milieu intellectuel et engagé de sa famille de l'autre donneront à Diane les ferments de ses prises de conscience et la force de ses engagements. De La Marche de Pâques aux luttes en faveur des droits de la femme, puis, plus tard, dans le militantisme concret de son engagement social, Diane n'a jamais cessé de s'engager aux côtés des plus démunis et des sans-voix. Pour elle, si on est de gauche on est forcément minoritaire, car les vrais besoins de la majorité ne peuvent être défendus que d'une façon minoritaire.