Contenu

Lettres sur la botanique

Quatrième de couverture
Chargé d'initier une jeune enfant à la botanique, Rousseau envoie ces huit missives à sa mère, madame Delessert, entre 1771 et 1773. A l'inverse de la plupart des approches scientifiques du XVIIIe siècle, le philosophe n'envisage aucune application pratique à la botanique mais y voit un outil offert à l'homme par la nature pour approfondir sa connaissance de lui-même.

Pas disponible en CD.

Durée: 1h. 35min.
Édition: Paris, Gallimard, 2018
N° de notice: 38863
ISBN: 9782072769108
Collection(s): Folio

Documents similaires

Durée: 5h. 22min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 35329
Quatrième de couverture: Texte de philosophie marquant du XVIIIe siècle, il aborde notamment le pacte social, la notion de souveraineté et les droits rattachés, le déclin des gouvernements, les institutions politiques, les moeurs et les religions
Lu par: Laurence Bizeul
Durée: 5h. 30min.
Genre: Sciences/technologie
Numéro: 67780
Quatrième de couverture: Qu’est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? Vinciane Despret mène l’enquête auprès des ornithologues. Ce qui l’intéresse c’est d’observer la naissance et le développement de l’intérêt que les scientifiques portent aux oiseaux. On découvre que, plus on étudie les oiseaux, plus les choses se compliquent. De nouvelles manières de faire territoire apparaissent, bien plus complexes que les ornithologues ne pouvaient l’imaginer. Et si ces manières n’étaient que du spectacle, des parades? Et si l’on prêtait attention au fait que les territoires sont toujours collés les uns aux autres? Ne seraient-ils pas, alors, une façon pour les oiseaux de continuer à vivre ensemble en étant autrement organisés ?
Lu par: Jean Frey
Durée: 1h. 11min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 20202
Quatrième de couverture: Jean-Jacques Rousseau a écrit quatre lettres adressées à Malesherbes, rédigées entre le 4 et le 28 janvier 1762, aux travers desquelles il dépeint le bonheur qu'il a eu de savourer son exil à la campagne alors que la « société » le croyait malade. Rousseau s'est rapproché de son ami académicien qui n'a eu de cesse de le défendre avec « une droiture à toute épreuve ». Après le Discours sur les sciences et les arts en 1750 et le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes en 1755, Voltaire ne s'est nullement privé en déclarant : « On n'a jamais employé tant d'esprit à vouloir nous rendre bêtes » et Diderot, plus lâche, s'est exprimé sur le sujet, par personnage interposé de l'une de ses pièces de théâtre : « L'homme de bien est dans la société, et il n'y a que le méchant qui soit seul ». Rousseau, quant à lui, tente de s'expliquer davantage sur les fondements de sa retraite dans La Lettre à l'Alembert sur les spectacles en 1758. Mais en vain. Il reste incompris.
Lu par: Jean Frey
Durée: 3h. 6min.
Genre: Histoire/géographie
Numéro: 18552
Quatrième de couverture: Jean-Jacques Rousseau, qui observait avec sympathie la lutte de Paoli, a correspondu avec Matteo Buttafoco, un officier corse au service de la France. Celui-ci, qui entretient toujours de bonnes relations avec Pasquale Paoli, demande à Rousseau d'écrire un projet de constitution pour la Corse. Cette tâche, le Genèvois l'accomplit de janvier à septembre 1765. La Corse de Paoli séduit les philosophes des Lumières. La sauvagerie de ses habitants relève alors plus de l'état de nature édénique cher à Rousseau que de la barbarie : "Peut-être le peuple corse est-il resté plus près de la nature que la plupart des peuples d'Europe. Son extrême sobriété, son mépris du luxe, son assurance que ne peut intimider ni le rang ni la puissance, sont des traits perdus depuis longtemps chez les nations les plus civilisées ", remarquera à son tour l'abbé Gaudin, vicaire général du Nebbio, dans son Voyage en Corse (1787).
Lu par: Michel Joyet
Durée: 5h. 52min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 12032
Quatrième de couverture: En sortant d'une longue et douce rêverie, en me voyant entouré de verdure, de fleurs, d'oiseaux et laissant errer mes yeux au loin sur les romanesques rivages qui bordaient une vaste étendue d'eau claire et cristalline, j'assimilais à mes fictions tous ces aimables objets ; et me trouvant enfin ramené par degrés à moi-même et à ce qui m'entourait, je ne pouvais marquer le point de séparation des fictions aux réalités; tant tout concourait également à me rendre chère la vie recueillie et solitaire que je menais dans ce beau séjour.
Durée: 28h. 39min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 12153
Quatrième de couverture: Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau est une autobiographie publiée à titre posthume. Le titre des Confessions a sans doute été choisi en référence aux Confessions de Saint-Augustin, publiées au IVe siècle après Jésus Christ. Rousseau, qui était protestant, accomplit dans son libre arbitre un acte catholique, celui de l'aveu des pêchés, de la confession. Composé de 12 livres, il est souvent considéré comme le premier du genre littéraire qu'est l'autobiographie. La première partie de l'oeuvre (livres I à VI) a été publiée en 1782 et la seconde (livres VII à XII) en 1789.
Lu par: Jacques Hiver
Durée: 26h. 51min.
Genre: Roman : au sens large et aventures
Numéro: 22423
Quatrième de couverture: La Nouvelle Héloïse relate la passion amoureuse entre Julie d'Étange, une jeune noble, et son précepteur, Saint-Preux, un homme d'origine humble. Après avoir tenté de s'en défendre, ce dernier va tomber sous le charme de sa jeune élève. Saint-Preux et Julie vont alors s'aimer dans le décor du lac Léman, mais leur différence de classe sociale les force à garder leur relation secrète. En raison des conventions sociales qui empêchent cet amour de s'exprimer au grand jour, Saint-Preux quitte la Suisse pour Paris et Londres d'où il va écrire à Julie. Les deux personnages vont alors échanger de nombreuses lettres et billets amoureux délibératifs, cherchant une réponse au dilemme que leur pose leur amour et à la situation catastrophique qu'elle engendre, jusqu'à ce que la famille d'Étange, ayant découvert cette relation, persuade Julie d'épouser un autre homme, le vieux M. de Wolmar. Lorsque Saint-Preux rentre, des années plus tard, Julie a déjà choisi d'honorer ses vœux matrimoniaux et de remplir ses devoirs d'épouse et de mère. Incapable pourtant d'oublier Saint-Preux, Julie décide, par loyauté, d'avouer cet amour à son mari.
Durée: 5h. 9min.
Genre: Essai/chronique/langage
Numéro: 17921
Quatrième de couverture: En 1762, année de publication de" l'Émile ou de l'éducation "de Jean Jacques Rousseau, Christophe de Beaumont, archevêque de Paris, promulgue un mandement qui condamne l'oeuvre de Rousseau sous prétexte, notamment, que celui-ci contient «une doctrine abominable, propre à renverser la loi naturelle, et à détruire les fondements de la religion chrétienne». Aujourd'hui, on se souvient davantage de cet archevêque pour ses attaques envers les philosophes et son acharnement dans la lutte contre les jansénistes que pour sa charité chrétienne. De Beaumont étant résolument contre la contestation religieuse par les hommes à l'origine de même confession que lui, il n'est donc pas surprenant que Rousseau,auteur de "l'Émile ou de l'éducation" qui comprend, dans le livre IV, le texte de "la Profession de foi du Vicaire savoyard "développant les différentes aspects de sa conception de la religion naturelle (opposée à la religion révélée), apparaisse aux yeux de au membre du clergé comme un individu dangereux menaçant l'ordre du pays. Rousseau prend connaissance d'un Mandement de l'archevêque de Paris dirigé contre l'Émile. Aussitôt il propose à son éditeur d'Amsterdam d'imprimer sa réponse à Monseigneur et lui expédie le manuscrit le 1er janvier 1763...
Durée: 6h. 18min.
Genre: Sciences/technologie
Numéro: 68772
Quatrième de couverture: Dans leurs laboratoires, des biologistes espèrent aujourd’hui pouvoir « fabriquer la vie ». Grâce aux formidables avancées des sciences et des techniques, nous disent-ils, « tout est possible ». Et pourtant, dans nos sociétés postmodernes, cette vieille croyance qui fondait l’idéologie du progrès, garant du bonheur à venir, apparaît définitivement obsolète : la fin de cette idéologie a accouché en Occident de la domination sans partage de l’individualisme, qui mine désormais profondément le lien social. Comment expliquer ce paradoxe entre la technoscience triomphante et la profonde crise des fondements de la pensée qui caractérise notre époque ? En s’intéressant sérieusement aux défis philosophiques et scientifiques que soulèvent les récentes explorations des sciences du vivant, de la création de la vie en laboratoire aux recherches fondamentales en génétique : c’est ce que proposent dans cet ouvrage Miguel Benasayag et Pierre-Henri Gouyon, sous la forme d’un dialogue aussi vif qu’accessible. La philosophie et la biologie y croisent leurs problématiques, se complétant et s’enrichissant. Loin de se limiter au champ scientifique, expliquent les auteurs, le modèle organique permet de porter un autre regard, riche de surprises, sur les phénomènes sociaux. Soucieux de rendre compte de la complexité inhérente à la vie, en évitant le double écueil de l’irrationnel et du scientisme, ils croisent les questions qui leur tiennent à cœur, bousculant les idées pour qu’émergent de nouvelles clés de compréhension du monde. Et pour agir, individuellement et collectivement, afin de faire surgir une autre époque, plus joyeuse et constructive.
Durée: 16h. 1min.
Genre: Philosophie/religion/spiritualité
Numéro: 18078
Quatrième de couverture: "Si les hommes avaient le pouvoir d'organiser les circonstances de leur vie au gré de leurs intentions, ou si le hasard leur était toujours favorable, ils ne seraient pas en proie à la superstition. Mais on les voit souvent accules à une situation si difficile, qu'ils ne savent plus quelle résolution prendre; en outre, comme leur désir immodéré des faveurs capricieuses du sort les ballotte misérablement entre l'espoir et la crainte, ils sont en général très enclins à la crédulité... Lorsqu'ils se trouvent dans le doute, surtout concernant l'issue d'un événement qui leur tient à coeur, la moindre impulsion les entraîne tantôt d'un côté, tantôt de l'autre ; en revanche, dès qu'ils se sentent sûrs d'eux-mêmes, ils sont vantards et gonflés de vanité. Ces aspects de la conduite humaine sont, je crois, fort connus, bien que la plupart des hommes ne se les appliquent pas..."
Lu par: Anne Seuvre
Durée: 4h. 40min.
Genre: Philosophie/religion/spiritualité
Numéro: 73407
Quatrième de couverture: Philosopher, c'est penser sa vie et vivre sa pensée. Entre les deux, un décalage subsiste pourtant, qui nous constitue et nous déchire. A quoi bon tant penser si c'est pour vivre si peu ? On voudrait ici essayer autre chose : une philosophie à découvert, au plus près de la vie réelle, de ses échecs, de sa fragilité, de sa perpétuelle et fugitive improvisation. C'est ce que le mot d'impromptus, emprunté à Schubert, a paru pouvoir désigner à peu près.
Lu par: Claudine Prim
Durée: 8h. 16min.
Genre: Sciences/technologie
Numéro: 3622
Quatrième de couverture: L'univers a-t-il un sens ? Ainsi, toutes ces combinaisons infiniment fertiles de la matière, cette activité nucléaire des étoiles, ce bourdonnement électromagnétique des nébuleuses interstellaires, cette fièvre biochimique exubérante de l'océan primitif, tout cela n'aurait d'autre sens que de préparer l'holocauste nucléaire ? La conscience n'émergerait-elle, en quinze milliards d'années, que pour s'éliminer en quelques minutes ? Nous (notre génération) sommes les témoins et les acteurs de cette période de l'histoire où ce problème entre dans sa phase décisive. Si nous avons un rôle à jouer dans l'univers, c'est d'aider la nature à accoucher d'elle-même. L'être le plus menaçant est aussi le seul qui puisse faire réussir l'accouchement. L'intelligence n'est pas nécessairement un cadeau empoisonné. L'absurde est encore évitable. L'éveil de la jubilation est, peut-être, l'antidote le plus efficace.